Les droits de l’homme : valeurs universelles ou outils idéologiques ?

 

Les droits de l’Homme sont une notion selon laquelle tout être humain possède des droits universels, inaliénables, quel que soit le droit en vigueur dans l’Etat ou groupe d’Etats où il se trouve, quelles que soient les coutumes au niveau local, liées à l’ethnie, à la nationalité ou à la religion. Plusieurs philosophes critiquent et remettent en question les droits de l’homme.

La Déclaration des droits de l’homme est un texte purement laïc, excluant toute référence au droit divin. Mais si la religion est exclue, l’esprit religieux l’est-il également? Karl Marx (historien, journaliste, philosophe, économiste, sociologue, essayiste, théoricien de la révolution, socialiste et communiste allemand) ne le pense pas. Pour lui, la conception libérale des droits de l’homme reproduit, sous une forme apparemment non religieuse, le modèle chrétien. Pour lui, tant que l’essence humaine n’aura pas de réalité véritable, autrement dit tant qu’elle reste à un moment premier de son développement, tant qu’il existera des hommes “accablés par le malheur”, la religion est destinée à survivre et à persister et donc à jouer un rôle dans les relations entre les êtres humains. Comme la religion, un texte qui proclame des « droits égaux » « sans distinction, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion », etc. ne réalise l’égalité qu’idéalement. Il donne des armes à ceux qui s’opposent aux discriminations. Ainsi la critique Marxiste est plus subtile que sévère.

André Comte-Sponville suggère aussi une critique des droits de l’homme : il dénonce leur inefficacité et que l’engagement commun et solennel ne tient pas lieu d’action. Autrement dit, il se pose la question suivante : “si tous les Etats respectaient les droits de l’homme, aurait-on encore besoin d’une déclaration universelle ? Et à quoi bon cette déclaration, si les Etats ne la respectent pas ?” (André Comte-Sponville)  Il change ensuite peu à peu d’avis: pour lui, le droit n’est rien sans la force, ni une déclaration sans les moyens de la faire appliquer. C’est un but pour l’action ; c’est pourquoi selon lui nous en avons besoin car il s’agit de penser et d’agir. Pour finir André Comte-Sponville pose un problème : peut-on universaliser ces droits de l’homme autrement dit pouvons nous les imposer à d’autres cultures? Au nom de quoi vouloir les imposer à la planète entière? Au nom de l’universalité humaine. André Comte-Sponville donne comme exemple : “La philosophie est née en Grèce. Cela ne veut pas dire qu’il faille être Grec pour philosopher.” Par cela, il veut dire que les idées n’appartiennent à aucun peuple et que ces idées ne valent que par la capacité qu’elles ont de s’adresser à l’humanité entière autrement dit elles ne valent qu’à condition d’êtres universelles ou de pouvoir le devenir.

Nous avons vus ici deux critiques de deux différents philosophes sur la déclartion des droits de l’homme de 1789

Photo credit: Jordan Lewin via VisualHunt / CC BY-NC

 

 

No votes yet.
Please wait...

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Les droits de l’homme : valeurs universelles ou outils idéologiques ?"

Notify of
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
PROF
Admin

Bonjour,
Pour nos lecteurs externes de ce blog, pourriez-vous donner la référence exacte du texte de André Comte-Sponville ? Merci.

Marco_F
Membre

Selon vous est-ce que nous pouvons nous permettre d’imposer nos droits à d’autres pays ? Malgré les différences culturelles et religieuses ?

PROF
Admin

Marco, il est certain que les droits de l’homme ont pour vocation de former un système juridique qui, forcément, modifie certains principes traditionnels des sociétés.

wpDiscuz

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer