Le droit naturel vs le droit du plus fort selon Rousseau

Le loup et l’agneau

La fable “Le loup et l’agneau”, de Jean de La Fontaine, est une fable qui représente le point de vue de Jean-Jacques Rousseau sur le droit naturel et le droit du plus fort.

Jean-Jacques Rousseau est en effet contre le fait de dire que le droit naturel est égal au droit du plus fort. Il s’y oppose, car le droit naturel provient de la nature et la nature n’est pas la force. La nature est un idéal, alors que la force est la réalité. Le droit ne décrit pas la réalité, mais un idéal. Le droit décrit ce qui doit être, non ce qui est. Le droit est une permission, une autorisation que personne ne peut enlever, mais la force est juste un fait et on peut la perdre.

Dans la fable, on peut voir le point de vue de Rousseau sur le droit naturel et le droit du plus fort. Le loup essaye de se justifier par rapport au droit naturel, mais l’agneau ne reconnaît pas son droit (comme Cyrano de Bergerac dans la pièce de théâtre d’Edmond Rostand).

“La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
– Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
– Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
– Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.
– Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
– Je n’en ai point. – C’est donc quelqu’un des tiens :
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l’emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Le loup et l’agneau, Jean de La Fontaine

No votes yet.
Please wait...

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le droit naturel vs le droit du plus fort selon Rousseau"

Notify of
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
PROF
Admin

Bonjour,
Vous dites que l’agneau se comporte « comme Cyrano de Bergerac dans la pièce de théâtre d’Edmond Rostand ». Pourriez-vous préciser cette ressemblance ?
Merci.

wpDiscuz

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer