La peine de mort

La peine de mort est une pénalité judiciaire irréversible. Celle-­ci va contre les droits de l’homme. En effet, la Déclaration universelle des droits de l’homme énonce : “Tout individu a droit à la vie. Personne n’a le droit de priver quelqu’un de ce droit.” La peine de mort empêche toute réhabilitation possible des délinquants dans la société. Le but premier de tout châtiment n’est-il pas de permettre au coupable de se réformer ?

Cette forme de punition pourrait se comparer à la vengeance. Autrement dit, la peine de mort pourrait produire un soulagement chez certaines personnes. Pour les membres de la famille des victimes, voir le coupable mourir serait réjouissant. Ils pourraient même se sentir plus en sécurité sans cet individu vivant. Mais la vengeance n’est pas quelque chose de sain, et il faut savoir surmonter sa haine et savoir pardonner.

La sentence de mort fait penser à la loi du talion qui comme l’a dit Martin Luther­King : « rend tout le monde aveugle. » Il est vrai que la sentence de mort parait ridicule et ironique. Comme le dit Victor Hugo :

« Que dit la loi ? Tu ne tueras pas ! Comment le dit-­elle ? En tuant ! »

Cela souligne bien l’absurdité de la chose. La peine de mort est contradictoire et arriérée.

 

Rating: 4.0. From 1 vote. Show votes.
Please wait...

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "La peine de mort"

Laisser un commentaire

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nikolas_D
Membre

« Le but premier de tout châtiment n’est-il pas de permettre au coupable de se réformer ? »

Oui cf, mais pour faire se repentir le coupable et pour le faire se reformer, il faut aussi que le châtiment soit à la hauteur du délit…

Thiên-Lân_B
Membre

Je partage votre point de vue, mais , d’après vous, une raison pour lesquelles la peine de mort devrait être utilisé est le fait que , cette dernière va a l’encontre des droits de l’homme . Si l’on suit cette logique, la prison ne devrait être utilisée, car, la déclaration des droits de l’homme énonce  »
Tout individu a droit à la vie, à la liberté  » .
De ce fait, la prison ne pourrait être utilisée, car l’objectif de cette dernière est de priver un individu de liberté, ou alors, il ne faut avancer le fait que la peine de mort est contraire aux droits de l’homme.

La Salière
Invité

Sans vouloir me réduire à simplement à coïncider avec TLB, je tiens à mentionner qu’établir un parallèle entre les sanctions pénales et les droits de l’homme est insensé.
De plus, vous semblez complètement oublier la fonction dissuasive de la peine de mort. Je ne suis absolument pas un partisan de la peine de mort, mais il ne faut pas la dévaloriser entièrement, uniquement pour être vu comme moralement correct.
Cessez donc aussi d’être détracteur de la vengeance : une vengeance véhémente peut être plus satisfaisant qu’une simple sanction. Comprenez-vous enfin ? L’unique condition requise: que le résultat soit véritablement le même, avec l’avantage du soulagement.

PROF
Admin

établir un parallèle entre les sanctions pénales et les droits de l’homme est insensé

Pourquoi dites-vous cela ?

La Salière
Invité

Je dis cela car cela semble évident, et je trouve cela surprenant que vous me le demandiez. Par exemple, l’article 3 de la déclaration des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 dit « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. ». Or, à cette époque, et encore aujourd’hui, une sanction possible était l’emprisonnement: difficile de se considérer homme libre lorsqu’on est en prison, non?

Martim_B
Membre

Je ne suis entièrement pas d’accord avec votre argument. Pourquoi la Belgique est-elle, en ce moment, le sujet de nombreuses discussions sur les droits de l’homme? Figurez-vous qu’il s’agit d’un problème au niveau de ses établissements pénitentiaires. Les incarcérés en Belgique vivent dans de telles mauvaises conditions que plusieurs organisations ainsi que certains pays de la communauté internationale sont venus à dénoncer le gouvernement et à donner leur soutien à des criminels. Certes, les incarcérés ont commis des crimes (pas tous), mais ils ont le droit d’être traités comme des êtres humains, comme nous, gardant leur dignité.

Je trouve donc que ce qui est insensé est de se dire qu’aucun lien doit être fait entre les sanctions pénales et la peine de mort. Même le jour où tous les incarcérés vivront dans de bonnes conditions, je pense que nous devrons toujours réfléchir à la justesse de la sanction pénale. J’espère même que l’on trouvera, un jour, une nouvelle solution car la prison n’est clairement pas la bonne.

La Salière
Invité
Je suis d’accord avec une partie de la seconde partie de votre commentaire. Cependant, il vous faut veiller à ne pas commettre 2 graves erreurs : – Ne pas confondre théorie et pratique. En théorie, ces incarcérés ne devraient pas vivre dans de « telles mauvaises conditions ». Cependant, en pratique, c’est le cas, car il est utopique et illusoire de penser la pratique pareille à la théorie. Par exemple, en théorie, le droit fondamental de tout homme est de demeurer libre. Cependant, des sanctions existent qui peuvent retirer ce droit, semblant pourtant fondamental et essentiel en théorie. Vous déclarez qu’ils ont « le droit d’être traités comme des être humains, comme nous, gardant leur dignité. » Vous affirmez cela avec comme fondement les droits de l’homme ? Si c’est le cas, il faudrait aussi vous intéresser au cas de l’emprisonnement, qui, lui, retire déjà un « droit d’être traités comme des êtres humains, comme nous ». Il y a donc des sanctions pénales pouvant déposséder des hommes de leurs droits. Vous semblez me dire que les droits de l’homme ne peuvent être dépossédés par des sanctions et qu’ils ne doivent l’être. La réalité, cependant, est qu’il existe de nombreuses sanctions pénales capables de retirer des… Read more »
PROF
Admin

Dans la discussion, il est dit que

un droit, même s’il provient des droits de l’homme peut être perdu selon notre système judiciaire actuel, ne serait-ce que temporairement.

Il serait intéressant de documenter cela par une référence juridique et/ou d’actualité.

PROF
Admin

vous semblez complètement oublier la fonction dissuasive de la peine de mort

La réalité de cette fonction est très discutable, sur la base des études de sociologie et de criminologie. Voyez par exemple cette mise au point par l’ONG Amnesty.

La Salière
Invité

Je ne peux rétorquer à une preuve qui me semble plutôt conclusive. Cependant, j’aimerais mentionner que lors de l’abolition de la peine de mort, la durée moyenne des peines prononcées aux assises a augmenté, ce qui pourrait bien expliquer la baisse de criminalité: la peine de mort a certes une fonction dissuasive, mais celle d’une longue sentence est plus prononcée. Voir ici

PROF
Admin

Cessez donc aussi d’être détracteur de la vengeance : une vengeance véhémente peut être plus satisfaisant qu’une simple sanction

Le but de la justice n’est-il vraiment que de soulager des pulsions vengeresses ? N’est-il pas plutôt de pacifier la société en respectant nos grandes valeurs ?

La Salière
Invité

Évidemment: cependant, si l’on peut arriver au même résultat que par des moyens autres que la peine de mort, tout en soulageant, pourquoi s’en priver?

Martim_B
Membre

arriver au même résultat que par des moyens autres que la peine de mort

Quels sont donc les autres moyens auxquels vous faîtes référence?

La Salière
Invité

Je fais bien sûr référence aux autres sanctions pénales possibles.

Martim_B
Membre

La satisfaction ne doit surtout pas intervenir dans la justice. Si l’issue d’un procès est influencée par la satisfaction, c’est qu’elle n’est forcément pas objective et perd donc sa crédibilité. Même si elle sanctionne le coupable, elle n’est plus une justice juste.

La Salière
Invité

En quoi ne serait-elle pas juste ? La justice n’exclut pas forcément la satisfaction : et si elle le permet, tant mieux. De plus, la justice vise certes à être objective, cependant, elle ne le sera probablement jamais. La satisfaction, certes, ne doit pas influencer l’issue d’un procès, cependant, si elle est dérivée de l’issue, quel est le problème?

Martim_B
Membre

Une justice basée sur la satisfaction est subjective. Or, une justice juste se veut impartiale…

La Salière
Invité

Je suis d’accord, assurez-vous que vous ayez bien lu mon commentaire maintenant qu’il a été mis à jour.

a.d
Invité
Bonjour Clara, Je suis une élève en FS6 de l’école européenne de Culham. Je viens de lire ton article sur la peine de mort qui m’a paru être un sujet très intéressant et controversé. Comme tu l’as bien dit, la peine de mort va contre les droits de l’homme. En France, elle fut abolie en 1981 par l’Assemblée Nationale. Au XXVIIIeme siècle, ce sujet intéressera beaucoup les philosophes. Certains pensaient que la peine de mort était justifiable et devait être appliquée, d’autres soutenaient qu’elle n’était pas un moyen humain de punir le criminel. Dans ton article, tu as dit que la peine de mort était comparable à la vengeance et réjouissant pour les familles des victimes. Je trouve ça intéressant car ceci sous-entend que justice est faite auprès des victimes et cela donne l’idée de l’arroseur arrosé. Ensuite tu as continué par dire que la vengeance n’est pas une chose saine et qu’il faut savoir surmonter sa haine et pardonner. Certes le pardon est une notion importante à acquérir, néanmoins si une personne a volé plusieurs vies à des personnes innocentes et est prête à continuer malgré de nombreuses dissuasions, ne serait-ce pas plus prudent d’arrêter cette personne de ses… Read more »
wpDiscuz

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer