Le désir vs les besoins

Le désir se définit comme un manque visant à une satisfaction de quelqu’un ou de quelque chose. On peut distinguer le désir du besoin avec l’implication de la conscience, car nous affirmons savoir nos désirs, mais il se peut que nous ne sachions pas pourquoi nous le désirons, ce qui est alors dirigé par l’inconscient, et que l’objet de nos désirs peuvent être symbolique, qu’ils s’enracinent dans le corps et dans l’esprit grâce à des pulsions.

Spinoza, un philosophe néerlandais, à démontré cette théorie par un exemple très révélateur : l’enfant croit désirer du lait, mais en fait c’est son corps qui le guide à désirer du lait, car il en a besoin pour grandir.

De plus, l’intensité du désir dépend de chacun. Il peut être faible comme élevé, et apparaît comme illimité. C’est seulement la conscience qui s’interpose entre le désir et sa satisfaction afin d’y permettre un choix. Le désir permet le bonheur, vu qu’il permet une satisfaction, autrement dit, sans bonheur il n’y a pas de désir.

Tandis qu’au contraire, les besoins sont dirigés par notre corps qui cherche à se maintenir en vie. Autrement dit, le désir et les besoins se différencient seulement par le bonheur, comme lorsque Platon s’exprime «remplir tous ses désirs, à mesure qu’ils éclosent, sans les réprimer» c’est être heureux.

Pour conclure, on peut dire que le désir est quelque chose d’inné, qu’on le recherche tout le temps, que nous souffrons le temps que nous désirons et nous nous montrons incapables d’apprécier le moment de la satisfaction, car elle nous plonge dans l’ennui et nous pousse à désirer autre chose. Il nous est donc impossible de renoncer au désir, car le désir a une puissance existentielle, mais il est possible d’y réduire l’intensité de ses désirs en les maîtrisant par la conscience.

Image : source ?

Rating: 3.0. From 1 vote. Show votes.
Please wait...

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Le désir vs les besoins"

Laisser un commentaire

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
PROF
Admin

Spinoza, un philosophe néerlandais, à démontré cette théorie par un exemple très révélateur : l’enfant croit désirer du lait, mais en fait c’est son corps qui le guide à désirer du lait, car il en a besoin pour grandir.

Auriez-vous une référence plus précise ?

PROF
Admin

Le désir permet le bonheur, vu qu’il permet une satisfaction, autrement dit, sans bonheur il n’y a pas de désir.

Cette phrase ne semble pas logique, non ? Vous devriez vérifier la relation de causalité entre le bonheur et le désir.

PROF
Admin

Platon s’exprime «remplir tous ses désirs, à mesure qu’ils éclosent, sans les réprimer» c’est être heureux.

Est-ce vraiment cela la position de Platon ? N’est-ce pas plutôt celle de l’adversaire qu’il oppose à Socrate ?

Nikolas_D
Membre

Mais si l’enfant qui desire du lait est intolérent au lactose? Alors est-ce que son corps essayerait de le tuer? Ou sinon ce n’est pas notre corps qui nous guiderai, mais plutot nos experiences passées et nos habitudes?

Athéna_B
Membre

Une personne ayant connaissance de ses intolérances, s’il est doté d’un temps, soit peut de bon sens, ne va pas consommer le produit qui pourrait lui causé du tort. Dans le cas contraire, il aurait simplement cédé à la tentation, ce n’est donc pas son propre corps qui essayerait de le tuer (cette hypothèse me semble, en tout cas, totalement absurde, mais je peux me tromper). Il est certain que nos expériences passées influent sur nos actions et notre réflexion, à cela nous pouvons ajouter également la logique, et même l’influence des autres et de leurs propos.

PROF
Admin

L’idée que mon corps essaierait de me tuer est difficile à concevoir, si on la prend au pied de la lettre.
– Mon corps aurait-il des intentions et donc une volonté ?
– Mon corps serait-il différent de moi ? Autrement dit, s’il veut me tuer ne veut-il pas se tuer lui-même ?

Athéna_B
Membre

Une moyenne de 0.23/5 avec 103 évaluations me semble un peu abusé, vengeance ou immaturité ? Une question à débattre ?

Nikolas_D
Membre

Juger les notes est immature Athéna_B mêlez-vous de vos oignons!

Athéna_B
Membre

Je ne juge pas spécialement, je ne fais que relevé une évidence tellement flagrante que même un aveugle pourrait la voir… Attention, j’ai peut-être une intolérance aux oignons ! 😉

PROF
Admin

S’il vous plaît, n’accusez pas une camarade d’immaturité, car une telle accusation risque de se retourner contre vous. Même remarque d’ailleurs sur le fait de se mêler des oignons des autres… En l’espèce, la remarque mesurée de Athéna sur cette note me semble justifiée.
Si vous avez à présent des éléments de réflexion philosophique à proposer, ils seront vraiment les bienvenus sur le blog de philosophie.

PROF
Admin

Il semble que l’outil de vote a été ici détourné de son usage… Je vais peut-être bientôt le désactiver.

Marie P
Membre

« sans bonheur il n’y a pas de désir ». Mais le fait d’être satisfait lorsque notre désir est accomplie est il un sentiment réellement semblable au « bonheur »?

wpDiscuz

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer